La thérapie ACT est-elle intégrative?

Voici un article que j’ai écrit dans le journal « Santé Intégrative » n°12 (novembre-décembre 2009), sur un livre de Benjamin Schoendorff intitulé « Faire face à la souffrance » avec comme sous-titre : « Choisir la vie plutôt que la lutte avec la Thérapie d’Acceptation et d’Engagement.

Vous connaissez l’ACT ? C’est une nouvelle thérapie qui devrait « faire la différence » ! Elle est bien dans l’air du temps, avec son acronyme accrocheur, bien plus suggestif que les abscons TCC ou EFT ou même PNL, dont vous avez sûrement déjà entendu parler.

Il faut avouer que cette thérapie est très intéressante, car elle réalise une superbe intégration. En effet ACT veut dire Thérapie de l’Acceptation et de l’Engagement (Acceptance and Commitment Therapie). C’est Stephen Hayes, un comportementaliste américain, disciple de Skinner qui nous a concocté ce petit bijou, il y a bien déjà une dizaine d’années. La première phase « l’acceptation » est un « remake » pour gens pressés de la méditation ou la thérapie de la pleine conscience de Jon Kabat-Zinn, dont j’ai ai parlé ici longuement déjà. Au lieu de lutter contre la souffrance, il s’agit dans un premier temps de l’accueillir, de l’observer, de l’accepter avec le regard de la conscience, afin tout doucement de l’apprivoiser et de la transformer, de la neutraliser. Puis le 2e phase est tournée vers l’action : c’est l’exhortation à l’engagement – quelque chose qui tout à fait méprisé dans la psychothérapie traditionnelle. Sauf que j’ai rencontré dans ce livre un « remake » pour gens pressés d’une partie importante de la PNL avec recherche de ses valeurs, de ses objectifs et des étapes pour y accéder. Bref, dans tout cela, il n’y a rien de très nouveau, sauf la géniale idée de l’intégration « acceptation – engagement » à méditer, à approfondir, car c’est bien sûr quelque chose d’essentiel.

Quant au livre de Benjamin Schoendorff, le premier livre en français de vulgarisation de l’ACT, il nous a laissé un peu perplexe, surtout quant à la forme et au style. C’est une succession d’exercices pratiques relayés par des enregistrements à découvrir sur internet, entrecoupés de réflexions minimalistes, de descriptifs à l’emporte pièce, de protocoles, de formules et d’acronymes pour gens branchés du style « la perspACTive », l’exercice VIE (Vivre Intégralement l’Expérience), les DVC (les Directions de Vie Choisie), et surtout la carte SIM (Sensation Intelligence et Monde) ; si bien que pour vous inviter à méditer et à accueillir le moment présent l’auteur vous demande élégamment de sortir votre carte SIM !

Bref, tout cela est sûrement à la mode : il s’agit sans doute de « bidouiller » la psyché humaine, comme l’on « bidouille un téléphone portable, mais pour moi la psychothérapie ne se décrit pas ainsi et reste un art, dont la langue demande une exigence d’élégance, mais je suis sûrement « ringard ».

En tout cas, restons attentifs à l’ACT et attendons de nouvelles tentatives de vulgarisation.

Voici la réponse de Benjamin Schoendorff parue dans le journal Santé Intégrative.

Tags : , , ,

4 réponses à “La thérapie ACT est-elle intégrative?”

  1. Maarten dit :

    Rien de nouveau…?
    Au moins la théorie sousjacente, la Théorie des Cadres Relationnelles, est on ne peu plus nouvelle – et des applications pratiques très prometteuses sont en train de voir le jour.

    Une autre élément mérite d’être mentionné: Etant une vraie synthèse (pas bric-à-brac ou eclectique) avec ses racines dans le comportementalisme, l’existentialisme et les applications de la pleine conscience (Kabat-Zinn s’est montré très positif sur un autre livre sur l’ACT « MIndfulness for Two, de Kelly Wilson », et l’a explicitement encouragé d’ultiliser le terme pleine conscience comme titre de ce livre), je suis convaincu que l’ACT peut être parmi les premières approches integratives qui sont de plus en plus validées scientifquement, et donc acceptable pour le monde universitaire. Ce qui n’est pas rien pour l’évolution de la psychothérapie intégrative…

    Merci pour tes initiatives, Alain. J’aime beaucoup ce que t’as fait jusqu’à maintenant avec ton blog.

  2. merci Maarten pour cette contribution. Peux-tu nous dire comment s’informer sur la Théorie des Cadres Relationnels, quels sont les livres disponibles sur le sujet ?
    Tu as raison le « Rien de nouveau… » est un peu de trop, un peu polémique, je m’en excuse.
    Je suis très content d’apprendre que Jon Kabat-Zinn est dans le coup avec l’ACT.

    • Maarten dit :

      Je t’en prie Alain.
      Je suis ravi que l’ACT soit introduite ici. Et en discuter de façon parfois critique mais respectueuse est, je crois, très cohérent avec « l’esprit » même de l’ACT. D’après tout, c’est une approche qui se veut scientifique, et en plus qui préconise l’acceptation des évènements pas toujours faciles ou agréables. Je trouve que la réponse de Benjamin, ailleurs sur ton blog, l’illustre bien.
      Quant à ta question sur la Théorie des Cadres Relationnelles, d’après ma connaissance la meilleure introduction se trouve à la fin de « Faire Face à la Souffrance », dans la postface de Matthieu Vilatte et Jean-Louis Monestès. Ces deux ont d’ailleurs une site avec des articles brèves et sympas: http://www.lemagazineact.fr/index.html

      • merci Maarten, je connais effectivement ce petit « magazine act » en ligne, qui est à peu près la seule trace que nous ayons de l’ACT en France, avec le livre, le site et le blog de Benjamin Schoendorff. Mais ça va bouger bientôt : il est prévu la sortie fin février d’un nouveau livre francophone canadien de Russ Harris : « le piège du bonheur ».